Drapeaux canadien-français et franco-ontarien    
Accueil
Plan du Site
   
  LA PRÉSENCE FRANÇAISE EN ONTARIO : 1610, PASSEPORT POUR 2010  
  Montage de photos  
                 

 

OCCUPATION DU TERRITOIRE

Les lieux d'établissement

   L'occupation d'un vaste territoire

      Les missions, les postes
      et les forts

 

 

Les premières tentatives : la Huronie

Après Étienne Brûlé, le père récollet Joseph Le Caron, qui se rend en Huronie en 1615, est l'un des premiers Blancs à fouler le sol ontarien. C'est aussi par lui qu'est célébrée la première messe à Carhagouha, à proximité de l'actuelle ville de Penetanguishene. Ce premier séjour du père Le Caron en Huronie (1615-1616) est suivi d'un deuxième, en compagnie des pères Nicolas Viel et Gabriel Sagard, de 1623 à 1625. Bien qu'ils ne tardent pas à s'installer dans leur propre cabane, les missionnaires vivent alors parmi les Hurons. À partir de 1626, les Jésuites prennent la relève des Récollets. De 1626 à 1929, le père jésuite Jean de Brébeuf fait un premier séjour en Huronie, mais c'est en 1634 qu'il fonde avec deux autres pères une première mission, Saint-Joseph I, à laquelle s'ajoute en 1638 Saint-Joseph II. Mais le besoin se fait sentir d'établir une base d'opération centrale et autonome, à l'écart des établissements hurons. C'est ainsi qu'on débute en 1639 la construction du fort Sainte-Marie, ou Sainte-Marie-au-pays-des-Hurons (près de Midland).

Le destin tragique de Sainte-Marie-au-pays-des-Hurons

Les missions, les postes et les forts

 
   
                 
       
Fiches pédagogiques / Bibliographie
     
                 
     
Logo Crccf
   

 

     

Commentaires ou questions ? crccf@uottawa.ca
Dernières modifications : 2003.11.01

© Université d'Ottawa.
Centre de recherche en civilisation canadienne-française (CRCCF), 2003