Drapeaux canadien-français et franco-ontarien    
Accueil
Plan du Site
   
  LA PRÉSENCE FRANÇAISE EN ONTARIO : 1610, PASSEPORT POUR 2010  
  Montage de photos  
                 

 

LA VIE CULTURELLE

Les canaux de diffusion

   La presse écrite

      La presse et la résistance au
      
Règlement XVII (1912-1927)

          « L'avenir est à ceux qui luttent »:           la fondation du Droit

      

 

 

 

Charles Charlebois

Le père oblat Charles Charlebois compte parmi les grands chefs nationalistes canadiens-français de l'Ontario français. Souvent décrit comme la « cheville ouvrière » de la résistance franco-ontarienne au Règlement XVII, il dirigera Le Droit dès la fondation du journal et pendant toute la durée de la crise scolaire, soit de 1913 à 1930.

Né en 1871 à Sainte-Marguerite-du-Lac-Masson, au Québec, Charlebois étudie chez les pères oblats d'Ottawa et de Lachine avant de prendre lui-même la soutane en 1895. En 1901, on le nomme curé-fondateur de la paroisse Sainte-Famille d'Ottawa. Il n'y a que la direction du Droit, qu'on lui offre en 1913, qui pourra l'en déloger. Au journal, il s'entoure de collaborateurs qui partagent avec lui les mêmes grands idéaux nationalistes et religieux, dont Charles Gautier, qui devient rédacteur en chef en 1920 à l'âge de 27 ans. Le soldat des tranchées qu'est Charlebois siège aussi au comité exécutif de l'Association canadienne-française d'éducation d'Ontario (ACFEO) depuis la fondation de l'organisme en 1910 et noue de nombreuses amitiés parmi les nationalistes du Québec, dont l'abbé Lionel Groulx.

Pourtant, la fougue du père Charlebois finira par lui faire des ennemis. Ceux-ci se recruteront d'abord parmi le clergé irlando-catholique, toujours prompt aux accusations de radicalisme lorsqu'il est question du directeur du Droit dans la hiérarchie ecclésiastique, mais aussi au sein de la communauté canadienne-française d'Ottawa. Au début des années 1930, les Conservateurs reviennent au pouvoir à Ottawa. Quelques-uns des résistants franco-ontariens de la première heure, que certains estiment, à tort ou à raison, trop extrémistes et, surtout, trop proches du Parti libéral, en subissent les contrecoups. Le père Charles est de ceux-là. Après de nombreuses démarches impliquant le recteur de l'Université d'Ottawa, le père Gilles Marchand, et le délégué apostolique au Canada, Mgr Andrea Cassulo, Charlebois est limogé : en 1930, les Oblats l'écartent du Droit et, quatre ans plus tard, le contraignent à quitter à la fois l'ACFEO et la région d'Ottawa. Il est muté au scolasticat de Sainte-Agathe-des-Monts, dans les Laurentides, où il occupera les fonctions de supérieur avant de s'éteindre à Montréal en 1945.

Charles Charlebois  Bureau du journal Le Droit

« L'avenir est à ceux qui luttent » : la fondation du Droit

 

   
                 
       
Fiches pédagogiques / Bibliographie
     
                 
     
Logo Crccf
   

 

     

Commentaires ou questions ? crccf@uottawa.ca
Dernières modifications : 2002.05.29

© Université d'Ottawa.
Centre de recherche en civilisation canadienne-française (CRCCF), 2002