Drapeaux canadien-français et franco-ontarien  
Accueil
Plan du Site
  
 LA PRÉSENCE FRANÇAISE EN ONTARIO : 1610, PASSEPORT POUR 2010 
 Montage de photos 
         

 

LA VIE EN SOCIÉTÉ

Le milieu associatif

   Les associations politiques et
   sociales

      L'Ordre de Jacques-Cartier (OJC)

 

 

La dissolution

L'année 1964 est marquée par la préparation d'un Manifeste, qui est adopté en novembre par le congrès du Conseil provincial du Québec. On y prend position en faveur d'un État national francophone au Québec. Cet État veillerait à la protection des droits des francophones hors Québec en exigeant pour eux les mêmes garanties que celles qu'il accorderait lui-même à la minorité anglophone du Québec. Mais les francophones hors Québec ne se rallient pas à cette proposition. Cet épisode s'inscrit dans ce qu'on appelle l'éclatement du projet du « Canada français ». Lors d'une réunion régulière de la Chancellerie à Ottawa les 27 et 28 février 1965, après bien des mois de discussions et d'affrontements, une résolution visant à dissoudre l'Ordre de Jacques Cartier (OJC) récolte une majorité des voix. Le groupe québécois propose d'abord une réorganisation en profondeur de l'Ordre de Jacques Cartier, où la représentation à la direction et la répartition des pouvoirs seraient proportionnelles à la population canadienne-française des quatre régions. Les éléments du Québec, province regroupant la grande majorité de la population canadienne-française, détiendrait ainsi les rennes du pouvoir au sein de l'OJC réorganisé. Les chanceliers de l'Ontario, auxquels se joignent ceux de l'Acadie et de l'Ouest, proposent plutôt la dissolution de l'Ordre de Jacques Cartier.

L'Ordre de Jacques-Cartier (OJC)

 
  
         
    
Fiches pédagogiques / Bibliographie
   
         
   
Logo Crccf
  

 

   

Commentaires ou questions ? crccf@uottawa.ca
Dernières modifications : 2003.06.01

© Université d'Ottawa.
Centre de recherche en civilisation canadienne-française (CRCCF), 2003