La mobilisation de la classe politique du Québec

Dès la promulgation du Règlement XVII par le gouvernement ontarien en 1912, d’importantes figures de la classe politique québécoise appuient le mouvement de résistance dirigé par l’Association canadienne-française d’éducation d’Ontario. Elles demandent qu’on fasse justice à la minorité française de l’Ontario, dont elles déplorent qu’elle soit l’objet de mesures qui nuisent à la bonne entente entre les peuples fondateurs du Canada. Leur capacité d’exercer une réelle influence dans le dossier dépend de la place qu’elles occupent dans l’échiquier politique, aux divers moments de l’évolution du conflit. Tant libéraux que conservateurs interviennent pour le Règlement XVII, à Québec comme à Ottawa. Tiraillés entre leur engagement pour leurs frères de l’Ontario, le jeu partisan et l’hésitation à intervenir dans un domaine jugé de compétence provinciale, ces responsables politiques doivent composer avec d’intenses pressions provenant de toutes parts.