Drapeaux canadien-français et franco-ontarien    
Accueil
Plan du Site
   
  LA PRÉSENCE FRANÇAISE EN ONTARIO : 1610, PASSEPORT POUR 2010  
  Montage de photos  
                 

 

L'ÉDUCATION

Le quotidien des élèves

   Aller à l'école

      L'éducation des jumelles Dionne

 

 

 

 

 

La Villa Notre-Dame (1948-1952)

Entre 1948 et 1952, les jumelles Dionne font leurs études secondaires à la Villa Notre-Dame. Leur ancienne pouponnière, convertie en école privée, est désormais un véritable pensionnat de jeunes filles dirigé par des religieuses. Désormais, l'éducation des jumelles Dionne est donnée en exemple aux jeunes filles catholiques du Canada français. Pour le clergé catholique, leur éducation doit rappeler la beauté de la vie familiale et la richesse des principes religieux. Les jumelles Dionne vivent dans un strict cadre religieux. Sur le domaine Dionne, une grotte abrite une statue de Notre-Dame-de-Lourdes qui veille sur la maison. Dans le pensionnat, une statue de Notre-Dame-du-Cap est à l'honneur. Entre la maison familiale et le pensionnat se trouve la résidence de l'aumônier et la chapelle. Les jumelles Dionne font une dévotion à la sainte Vierge. Avec leurs 10 compagnes de classe, elles suivent théoriquement les mêmes cours que ceux donnés dans les 9e et 10e année des écoles séparées, puis dans les 11e et 12e année des couvents de l'Ontario français. Mais les études des jumelles Dionne accordent une place plus importante en musique, particulièrement en chant et en piano. Pendant les récréations, les filles participent à des jeux et elles chantent. Elles ont souvent l'occasion de montrer leurs talents aux personnalités laïques et religieuses qu'elles continuent à recevoir régulièrement. Cependant, l'éducation des filles à la Villa Notre-Dame leur offre très peu de liberté. En outre, elles doivent s'occuper de l'entretien du couvent, chacune des jumelles et de leur compagne de classe étant responsable d'une pièce de la Villa. Plusieurs journaux de l'époque critiquent sévèrement la formation que reçoivent les jumelles Dionne. On déplore une formation trop sévère, impersonnelle et conventionnelle. On s'inquiète de leur isolement. Le journal montréalais La Patrie soutient que leur formation ferme leurs horizons de carrière et ne leur permettra pas de s'ajuster à la société. En décembre 1949, Oliva Dionne dénonce, dans une lettre adressée à chaque directeur des principaux journaux du Canada français, une série d'articles du journaliste Léon Gray publiés par le quotidien montréalais La Patrie au mois d'octobre précédent. Dès lors, les activités scolaires des jumelles Dionne retiennent moins l'attention des médias. Les jumelles Dionne reçoivent leur diplôme d'études secondaires le 28 mai 1952, le jour de leur 18e anniversaire de naissance, en même temps que neuf autres de leurs collègues de classe. La Villa Notre-Dame ferme ensuite ses portes définitivement. Après leurs études secondaires, les jumelles Dionne se dirigent au couvent de Nicolet, Québec, afin d'entreprendre des études en Art domestique.

L'éducation des jumelles Dionne

 
   
                 
       
Fiches pédagogiques / Bibliographie
     
                 
     
Logo Crccf
   

 

     

Commentaires ou questions ? crccf@uottawa.ca
Dernières modifications : 2004.03.01

© Université d'Ottawa.
Centre de recherche en civilisation canadienne-française (CRCCF), 2004